Les aventures de Pignouf



Portfolio  
 ()

 ()
Lagertha owns

Lagertha owns

 ()

Homage to our Universe (Madonna - Like a Prayer)

Journey through our amazing universe full of stars and wonders, synced with Madonna’s spiritual anthem from 1989.

 ()

 ()

Lettre de motivation honnête

Monsieur l’esclavagiste,

Je m’adresse à vous avec nulle autre motivation que d’assurer le paiement de mon loyer, la survie de mon corps avec de la nourriture et l’anesthésie occasionnelle induite par les divertissements.

Votre entreprise n’a aucune utilité sociale et j’imagine m’y faire chier comme un rat mort, néanmoins je suis prêt à inventer toute sorte de flatteries creuses pour que vous m’acceptiez dans vos rangs. Vous trouverez mon CV bidonné ci-joint, qui montrera à quel point je suis surqualifié pour ce poste.

image

Le travail en équipe me stimule tant que je n’ai pas affaire à des cons obtus, ce qui est rarement le cas. J’ajouterais que je suis autonome et responsable, et donc prêt à ne pas recevoir de formation et à me démerder tout seul.

Ensemble, j’imagine une relation basée sur l’hypocrisie mutuelle et la crainte du licenciement, supportable uniquement grâce au versement du salaire à la fin du mois.

J’ai galéré pour trouver une formule de politesse

Signé : votre hypothétique esclave

 ()

Le Mal de Tête : un article de Psychopathie Magazine

Son origine

Le Mal de Tête se déclenche lors d’une activité cérébrale plus élevée que la normale. Votre cerveau requiert un surplus d’énergie pour fonctionner, qui passe par un afflux de sang plus important. La dilatation des vaisseaux sanguins qui en résulte provoque cette douleur caractéristique.

Votre cerveau travaille plus lorsqu’il est confronté à la nouveauté : art, idées, concepts, activités manuelles, etc. De nouvelles connexions neuronales en plus de celles existantes doivent être créées pour les assimiler, ce qui lui demande un travail colossal. Ainsi, toute information inédite est vécue comme une agression par votre cerveau. Le Mal de Tête est une réaction instinctive, comme le réflexe de retirer sa main au-dessus d’une source de chaleur. Le but est de protéger son équilibre mental durement acquis au cours d’années d’habitudes et de répétitions qui ont formé les automatismes nécessaire pour votre bon fonctionnement en société.

Les dangers

En théorie, si on ne fait rien pour le provoquer, le Mal de Tête reste une affliction rare, mais personne n’est à l’abri d’une contamination par des pensées originales. Conversations avec des inconnus, découvertes de nouveaux lieux, réflexions trop profondes sur soi… le Mal de Tête nous guette au tournant si l’on se détourne de nos certitudes. La construction et la confrontation d’opinions restent les vecteurs de contagion les plus courants. Il sont à fuir comme la peste.

image

Questions fréquentes

Parfois des gens me donnent mal à la tête quand ils me parlent, que faire ?

Dans un premier temps, ne pas les écouter : ces personnes représentent un danger pour votre confort de vie. Vous n’avez pas passé des années à vous acclimater à un système de pensée pour le remettre en cause tous les quatre matins. Dans un second temps, il faudrait éviter de vous mettre dans des situations où il y a risque de Mal de Tête. L’idéal serait de rester chez soi et ne rien faire, mais ce n’est pas possible, ne serait-ce que pour aller faire les courses. Il faut alors adopter une attitude qui n’engage pas au dialogue : un visage fermé et des réponses sèches aux questions qu’on vous pose est un bon début. De même, éviter tant que possible de filer le Mal de Tête à vos semblables, tenez-vous-en aux sujets consensuels : météo, sports, chaudière, etc. Si vous voyez quelqu’un faire des efforts pour vous comprendre, abandonnez tout contact.

Mon travail me donne Mal à la Tête, c’est normal ?

Il s’agit de la seule exception où nous devons tolérer le Mal de Tête, car celle-ci assure notre subsistance. Ce Mal de Tête est d’ailleurs socialement accepté et remboursé par la Sécu. Tout autre forme de Mal de Tête injustifiée est susceptible de vous exclure socialement et doit être évité.

Parfois, je tombe sur une information qui me donne Mal à la Tête car elle contredit ce que j’avais toujours pensé.

Le mieux est d’ignorer cette information céphalogène et d’éviter à l’avenir de vous exposer à des informations similaires. Il est préférable de fréquenter les sources d’informations connues dont le ton ne vous donnera pas mal à la tête. Une piste serait de suivre le courant central pour toute acquisition d’informations.

Je suis contraint de faire quelque chose qui me donnera à coup sûr Mal à la Tête, comment dois-je procéder ?

La société est organisée de façon à vous épargner les Maux de Tête : vous pouvez payer des gens pour qu’ils aient Mal à la Tête à votre place. S’infliger un Mal de Tête superflu serait faire preuve de mauvaise volonté.

 ()

Celebration of the neon-lit crazy 80s through a mash-up of the smash-up track “Roller Mobster” from EP II of the French retro electro artist Carpenter Brut with the cult Schwarzenegger movie “The Running Man” in all its HD gory glory.

 ()

The Chômeur Games

Envie de vous défouler après une dure journée de labeur ?
N’attendez plus, et venez vous inscrire aux Chômeur Games

The Chômeur Games : un moyen unique de vous détendre tout en étant utile à la société.

image

Le tournoi est organisé par le comité des Gens Qui Bossent et se chargera de vous fournir toutes les armes nécessaires à la bonne exécution de ces parasites de la vie active.

Inversez la courbe du chômage dans une ambiance bon enfant : seul ou en bande, à la machette, au pieu ou à la sulfateuse, à vous de vous organiser ! Le but du jeu :  tuer un maximum de chômeurs !

Chaque chômeur executé entraînera un décompte d’impôt, en récompense du service rendu à la communauté.

image

Conseils :

  • Le meilleur moyen de trouver un chômeur reste probablement chez lui. Avachi sur son canapé en train de regarder la télé, il profite de son confort payé par vos frais !
  • Vous en trouverez également dans les bars PMU, se payant des bières avec votre argent, quand il n’est pas en train de le gaspiller dans des jeux de hasard.  
  • Pour reconnaître un chômeur dans la rue, sélectionnez les personnes mal rasées, au yeux hagards et au pas peu pressé, signes criants de leur inutilité crasse.
  • Prenez bien le temps de torturer votre chômeur avant de le liquider. Au mieux, il avouera à quel point sa vie est un échec et qu’il constitue un poids pour les autres. L’amusement avant tout !

image

Envie de participer ? N’hésitez plus, rejoignez The Chômeur Games
Inscription sur simple présentation de votre contrat de travail.
(stagiaires, intérimaires et CDD non acceptés)

 ()

Haïku

image

Ah Michelle Yeoh,

et les traits de son visage

anxiolytiques.

 ()

6 conseils pour un écrivain raté (comme toi)

Écrivant depuis dix ans et n’ayant rien publié de significatif, cet article se destine autant à moi qu’à toi, qui a échoué à répétition à pondre quelque chose digne d’intérêt.

1. Écris sur du papier, putain

Le traitement de texte donne l’illusion de la facilité : on peut couper, coller, supprimer, recommencer autant de fois qu’on veut, sans laisser de trace. Ça paraît être l’outil idéal pour quelqu’un qui peut repasser cent fois sur une même phrase, ou qui est susceptible de retourner en arrière pour modifier son histoire.

En réalité, écrire sur un traitement de texte te rappellera tous les textes aboutis que tu as pu lire auparavant sur du papier imprimé. En comparaison, ce que tu écris n’aura rien d’achevé avant un certain temps, et cela va te frustrer.

Écrire sur du papier va permettre de t’en foutre et de raturer comme un malpropre. Ton texte va évoluer sous tes yeux, et même si cela te paraît plus lent, tu auras une vision plus claire d’où tu veux aller, ce qui t’aidera lors du passage au clavier.

2. Réfléchis avant d’écrire, merde

Écrire, c’est avant tout mettre des mots les uns à la suite des autres. FAUX. Écrire, c’est avant tout la transcription d’une pensée construite. Si tu écris à l’instinct, alors tu ne vaux pas mieux que ceux qui pensent que les chômeurs sont tous des fainéants ou que les politiciens sont tous des pourris.

Une idée demande à être mûrement réfléchie pour tester sa cohérence et ses implications. Je sais, ça fait mal à la tête, et tu aimerais t’y mettre tout de suite, mais organise-toi d’abord. Fais des plans, des schémas, des mind maps si tu fais partis de ces branleurs, cela t’économisera du temps pour la suite.

3. On s’en branle de ton style

Quand on essaie d’établir le contact avec une personne qu’on ne connaît pas, on essaie d’être simple, clair et direct. Avec l’écriture, c’est la même chose. Tes adverbes de cinq syllabes que tu as appris en regardant Des Chiffres et des Lettres n’ont aucun intérêt si tu n’arrives pas à te faire comprendre.

Si tu essaies d’écrire simplement, tu verras que ce n’est pas si simple, justement, et que tes longues phrases ampoulées sont celles qui te viennent le plus facilement. Tu verras, ça t’apprendra l’humilité.

4. Relis-toi, gros prétentieux

Personne n’a jamais pondu un chef d’œuvre dès le premier jet. Tu ne peux pas estimer ton texte fini avant d’avoir passé et repassé dessus jusqu’à ce qu’il te sorte par les trous de nez et que tu aies remis tout en cause, jusqu’aux fondations de ton existence.

5. Remballe ta fierté, connard

Je sais qu’on t’a nourri de clichés sur la solitude de l’écrivain et sa lutte contre l’adversité, mais tu es aussi bon que les personnes qui te relisent. Ce n’est pas parce qu’elles n’écrivent pas qu’elles n’y connaissent rien : tu t’es bien permis de critiquer Avatar sans jamais avoir eu à gérer d’équipe de 500 personnes sur deux ans de tournage.

Tout d’abord, elles verront des fautes qui te seront invisibles car, scoop, quand tu lis ce que tu as écris, tu ne lis pas vraiment ton texte, mais le sens qui s’en dégage.

Ensuite, leur ressenti est potentiellement celui d’autres personnes, donc il faut être idiot pour ne pas le prendre en compte.

Enfin, si tu penses qu’elles n’ont pas compris ce que tu essayais de dire, c’est au contraire qu’elles ont vu claire à travers tes foutaises.

6. Ferme ta gueule

On n’est pas là pour lire ta philosophie sur la vie et l’univers. À moins de t’appeler Spinoza ou Stephen Hawking, je doute que tu aies quelque chose d’intéressant à rajouter sur le sujet. Laisse-moi deviner : tu es émerveillé par le potentiel du genre humain mais dégoûté par le gâchis consumériste qui t’entoure ? Bienvenue au club !

Ce que tu penses n’a rien d’original. Je sais qu’on t’a dit d’écrire les choses comme tu les ressentais et de laisser parler ta voix intérieure, mais ce sont des conneries. En tant qu’écrivain, socialement, tu es proche du bouffon. Ton rôle, c’est de divertir les gens, et sache qu’il y a des recettes pour ça, comme la structure du monomythe qu’on retrouve partout, de Jésus au Seigneur des Anneaux.

Si tu as un personnage principal, qu’il lui arrive des emmerdes qui vont le pousser à se bouger le cul et qu’il en retire un enseignement avant la fin, tu es sur la bonne voie. Ne va pas nous plomber l’ambiance avec tes considérations métaphysiques. Pour rappel, voici l’importance que tu représentes aux yeux de la société :

image

L’immense majorité des gens se foutent de la façon dont tu peux vivre, manger ou respirer. Alors respecte ceux qui font l’effort de te lire et ne leur fait pas perdre leur temps.